À LA PÉRIPHÉRIE

Éditions L'Amandier et L'Espace d'un Instant

 

PRODUCTION THÉÂTRE DE SURESNES - OLIVIER MEYER & COMPAGNIE GABBIANO

avec le soutien de

CITÉ NATIONALE DE L'IMMIGRATION - COMPAGNIE SUR LE SEUIL

Texte lauréat de la Région Ile de France, Prix national d'écriture théâtrale de Guérande, "Coup de cœur des lycéens", Nominé pour les prix Collidram et Godot

Mise en scène Thomas Bellorini Création lumières Jean Bellorini assisté de Victor Arancio Musique Zsuzsanna Varkonyi, Céline Ottria, Thomas Bellorini Scénographie Thomas Bellorini et Victor Arancio Costumes Jean-Philippe Thomann Assistante Mathilde Cazeneuve Régie son Nicolas Roy

avec Sedef Ecer, Anahita Gohari, Lou de Lâage, Adrien Noblet, Céline Ottria, Christian Pascal, Zsuzsanna Varkonyi

 

Tout y est beau, joyeux et très émouvant »

TELERAMA SORTIR / Sylviane Bernard-Gresh

 

« ... le charme rare d'un spectacle qui rend aussi hommage au chant tzigane grâce à une envoûtante interprète... »

TELERAMA / Emmanuelle Bouchez

 

Ce "faux-documentaire" selon Sedef Ecer évite le pathos grâce à un humour savoureux. On sort ému, des musiques tziganes plein la tête, de cette "Périphérie" repérée par Olivier Meyer, le directeur du théâtre de Suresnes. C'est lui qui, il y a quelques années, avait encouragé un certain Guillaume Gallienne à raconter sur scène son histoire familiale, devenue depuis le film multicésarisé "Les garçons et Guillaume, à table".

LE PARISIEN / Agence France Presse

 

Sedef ECER ne cesse de questionner des destins, dans une forêt de signes dilatoires. Quand elle interroge le regard du spectateur, elle inclut celui de l’automobiliste qui traverse le périphérique, comme dans un film ou celui de l’aviateur qui laisse tourner longtemps son avion avant d’atterrir. Dans la pièce de Sedef ECER qui a fait appel à Thomas BELLORINI, ces petits cailloux sont musicaux et magiques. Sedef ECER,  joue Sultane, une vedette de télévision, avec beaucoup d’appétence et de drôlerie. Le spectacle jouit d’une harmonie indéniable qui tient au fourmillement lumineux et musical qui agite la main de l’auteure offrant avec ce beau spectacle, une sorte de carte humaine où au lieu de points figurant des bidonvilles, des cités dortoirs, à la périphérie,  nous traversons des visages, rien que des visages.

LE MONDE.FR / Evelyne Trân

 

« Un conte coloré qui fleurit dans un bidonville de Turquie et nous mène jusqu'aux portes de Paris. L'hétérogène est très bien traduit par le metteur en scène qui travaille en plans larges et cadres serrés et imprime un rythme soutenu à la représentation, servie par une distribution de qualité. »

FIGAROSCOPE / Armelle Héliot

 

« Tout d’un coup, le théâtre tire sa révérence en saluant la magnifique leçon de vie adaptée du texte de Sedef Ecer, mis en scène par Thomas Bellorini.

Sedef Ecer et Thomas Bellorini ont réussi là où d’autres n’ont pas osé s’aventurer, voire si peu. Thomas Bellorini propose un ressenti authentifié du texte de Sedef. Les lumières de Jean Bellorini, les costumes de Jean-Philippe Thomann et la création son de Nicolas Roy ceignent le cercle artistique au centre duquel Sedef Ecer, Anahita Gohari, Lou de Laâge, Adrien Noblet, Christian Pascale, Céline Ottria, Zsuzsanna Varkonyi excellent dans leur registre respectif. Un spectacle à la thématique contemporaine intégralement réussi. L’humain est considéré comme tel avec humilité, générosité et les répliques soufflent un vent de poésie, de rêve et d’inaccessible... La liberté d’être soi. »

THEATROTHÈQUE / Philippe Delhumeau

 

« Depuis Brecht et jusqu'à Vinaver, le théâtre sait aussi que c'est dans la société que l'on peut puiser la matière dramatique. On ne citera que quelques auteurs: Nasser Djemaï, Xavier Durringer, Jean-Paul Wenzel, Eugène Durif. Tous se préoccupent et du passé et du présent. Comme le fait la Turque Sedef Ecer, qui a écrit en français À la périphérie, pièce créée par Thomas Bellorini à l'affiche à Suresnes et qui parle exil, précarité, rêves fracassés mais vitalité aussi. »

LE FIGARO / Armelle Héliot et Étienne Sorin

 

« Dans la fratrie ô combien talentueuse des Bellorini c’est Thomas qui s’illustre ce mois-ci au Théâtre de Suresnes Jean Vilar avec la mise en scène d’un texte bouleversant de Sedef Ecer « A la périphérie ». Portée par des comédiens généreux et investis cette création résonne cruellement par sa vision extrêmement réaliste d’une misère dont on ne peut s’extraire. Magnifique! Sedef Ecer pose un regard incroyablement juste sur la misère d’aujourd’hui et la retranscrit parfaitement dans cette fable douce-amère. Vous l’aurez compris c’est du très beau théâtre, ne le ratez pas ! »

THEATRES.COM / Audrey Jean

 

« Spectacle choral dotée d’une distribution épatante, "A la périphérie" est une peinture festive et colorée, véritable bulle de tendresse dans une réalité grave et déprimante... Spectacle musical, spectacle authentique qui touche juste, "A la périphérie" est un plaidoyer éloquent pour le quart-monde qu’il faut absolument aller découvrir. »

FROGGY DELIGHT / Nicolas Arnstam

 

« Entre ironie et prise de conscience, A la périphérie traite avec jubilation et ce qu’il faut de folie les thèmes graves et universels de la migration, des frontières et de l’identité. Avec un humour tantôt naïf, tantôt féroce, l’auteure aborde le quotidien de ceux qui habitent ces zones situées à la marge.Sous la direction de Thomas Bellorini, l’écriture cinématographique de Sedef Ecer prend vie, dans une ambiance bordélique et joyeuse, sur la scène du théâtre nimbée d’une douce lumière bleutée. »

WITCHESBREW.FR / Sophie Lawani Wesley

 

« L’auteure, metteure en scène et comédienne Sedef Ecer et le metteur en scène, compositeur et interprète Thomas Bellorini unissent leurs talents et créent un spectacle sur les multiples frontières... Alternant récit et action, entrelaçant musique, parole et jeu théâtral, riche de comédiens de divers horizons, la pièce éclaire ce poignant et très humain oxymore. »

LA TERRASSE / Agnès Santi

 

« L’auteure turque Sedef Ecer porte un regard très sensible sur l’immigration dans sa pièce A la périphérie créée à Suresnes par Thomas Bellorini.

Le texte de Sedef Ecer sonne juste. Elle sait de quoi elle parle, elle la déracinée qui écrit dans sa « langue d’accueil ». Elle ne juge pas. Elle raconte. Et c’est touchant. Thomas Bellorini a rassemblé autour de lui une belle troupe d’acteurs et de chanteurs. On suit avec plaisir ces petites séquences de vie. C’est bien rythmé et bien joué dans un décor qui délimite bien les espaces et dans une belle lumière de Jean Bellorini. »

SCENESWEB.FR / Stéphane CAPRON

 

C'est au Théâtre de Suresnes qu'il faudra se rendre pour découvrir cette magnifique oeuvre, mise en scène par Thomas Bellorini.

Les comédiens servent au mieux cette magnifique histoire. Thomas Bellorini réussit là un spectacle envoûtant, oscillant sans cesse entre hyper-réalisme et conte. Si l'action se déroule en Turquie, pays d'origine de Sedef Ecer, sa portée est universelle.

ILLUSIONS COMIQUES / Audrey Natalizi

 

La fable de Sedef Ecer, qui joue dans le spectacle le rôle d'une animatrice d'un jeu télévisé d'un populisme aussi peu ragoûtant que courant, est belle et forte. Elle sait surtout, sur un sujet qui se veut en prise avec une réalité pour le moins sordide, éviter les écueils des clichés qui lui sont inhérents.

FRICTIONS / Jean-Pierre Han

 

Accompagnés par Céline Ottria qui joue la musique en live, les comédiens incarnent magnifiquement leurs personnages. La mise en scène porte le texte de Sedef Ecer, Thomas Bellorini ajoute des tableaux musicaux à l’intrigue : lorsque les personnages n’ont plus de prose, les chansons prennent le relais. Spectacle chorale, À la périphérie met en lumière une série de personnages touchants et empreints de vérité.

PARIS DANSE / Wilson Le Personnic

 

On passe à chaque instant d’une langue, d’un univers ou d’une époque à l’autre, comme un reflet de toutes les cultures qui se croisent à la périphérie des villes, à l’image de ces comédiens et ces artistes, venus d’horizons différents, qui mettent dans la balance toute leur vitalité, leur générosité et leur humour pour faire de cette pièce un spectacle complet sans pathos ni misérabilisme. Comme le fait dire Sedef Ecer à un de ses personnages, “chez les pauvres, la solidarité c’est inné, comme un vaccin naturel fabriqué avec le malheur de la génération d’avant “. Le temps d’un spectacle, nous dépassons les frontières qui séparent les pays et les hommes, le centre et la périphérie des villes.

THÉÂTRORAMA / Dany Toubiana

 

Vu hier soir, dans une salle où, malgré la présence de nombreux collégiens, on aurait entendu une mouche voler, A la Périphérie est un spectacle à la fois léger et grave. Lauréate de nombreux prix, Sedef Ecer à l’art de tricoter ces éléments, parmi lesquels la télévision joue son rôle. Fine mouche, elle ne démontre jamais, se gardant bien de défendre une thèse, mais, comme dans un conte, ouvre un chemin de compréhension intime de ce qui se joue dans le monde d’aujourd’hui. Thomas Bellorini met en scène le texte avec une légèreté pleine de tac et d’empathie. la musique, omniprésente, notamment le chant, permet au spectateur de prendre sa place dans l’histoire. On est conquis par tant de délicatesse. Et on se promet de suivre de près cet auteur, ce metteur en scène et leurs comédiens, si jeunes et si justes.

L’EXPRESS / Laurence Liban

Pour tous les articles de presse: 

http://sedefecer.over-blog.com/2014/02/articles-sur-à-la-périphérie.html

 

Photos: Pierre Dolzani